Île du Devant, 2018

(Extrait)

Est-ce que l’on trace toujours une ligne ?
Est-ce que cette ligne tracée est toujours un trait ?

Un enfant marche sans lisières
À la lisière de l’eau

Il marche sans aucune forme de figure
Ses pas n’atteignent pas la terre
Parce que ce n’est pas la terre
Seulement des histoires englouties par les eaux
Il marche sans empreintes
Il ne traverse rien

Je marche sans savoir s’il y a des chemins parce que je marche ou si je marche parce qu’il y a des chemins. De toute manière, je marche sur les histoires. Un chemin blanc qu’aucun pas n’a atteint. Est-ce qu’il ressemblerait à une étendue de verres cassés, de ces déchets inertes ? La marche. L’émoussement. Le pas perdu. Mes histoires s’assourdissent.

La langue maternelle n’est jamais énoncée ni exposée.
Elle a perdu son palais. Quand elle est lue,
C’est un accident.

섬은 배들의 묘지로 변했고, 조금씩 땅과 가까워졌다. 섬은 점차적으로 통행이 불가능해졌고, 1973년에 완전히 소멸되었다.

La traduction n’a jamais trahi la mère,
si ce n’est celle sans accent,
si ce n’est celle sans voix,
si ce n’est celle sans chair,
si ce n’est celle orpheline,
Ce n’est qu’étranger.

Un matelas
Une couette synthétique de la taille 200x200cm
Deux couettes en plume de la taille 140x200cm
Une couverture
Un plaid
Quatre oreillers en plume
Trois sets de housse de couette
Six taies d’oreiller
Trois draps housse
Deux protections matelas
Un sur-matelas
Un sur-matelas chauffant
Deux sacs de couchage
Deux tréteaux en métal
Une planche en bois
Deux armoires de chaussures en plastique
Une commode en bois
Une armoire en métal
Deux étagères en métal
Trois tapis de bain
Deux chauffages électriques
Un ventilateur
Deux mobiles
Les relevés de compte depuis juin 2011
Deux baux de location
Deux états des lieux
Un état des lieux de sortie
Les lettres de la CAF depuis juin 2011
Les attestations de l’assurance d’habitation depuis juin 2011
Les factures téléphoniques depuis juin 2011
Les avis d’impôts depuis juin 2011
Des accusés de réception depuis 2011
Deux cadres noirs en métal de la taille 100x70cm

Quinze cadres blancs en bois de la taille 20x30cm
Dix cadres en bois brut de la taille 50x60cm
Cinq cadres blancs en bois de la taille 40x50cm
Six cadres en bois brut de la taille 40x60cm
Une lampe de chevet, une baladeuse de chantier
Six caisses en plastique
Une caisse en métal
Trois paniers en tissu
Quatre grands sacs portfolio
Une quarantaine de cintres

떠날 때, 돌아올 곳이 없는 여행이라고 혼잣말 했다. 돌아갈 곳 없이 돌아갈 때, 돌아올 곳이 없는 여행이 될 것이다. 돌아가다. 돌아서 가다. 돈다. 가다. 동그랗게. 한 바퀴. 돌아올 곳이 없는 곳을 동그랗게 돌아서 돌아갈 곳이 없는 곳으로 간다. 혼잣말 한다.

Je n’ai habité nulle part sauf si
je me suis habitué à quelque part,
sauf si quelque part m’a habitué finalement,
ici ou là-bas.

À jeter = à laisser donc.

Où est-ce que je dors le mieux ? Dans quel endroit je m’endors le plus vite possible ? Dans quel type de lit ? Dans quel type de couette ? Dans quel type de lumière ? Dans quel type de drap ? Dans quel type d’oreiller ? Dans quel type de son ? Ai-je besoin de boules quies pour m’endormir ? Ai-je besoin de musique pour m’endormir ? Est-ce que je suis allergique aux acariens ? Ou encore dans quelle odeur ? Est-ce que je dors bien dans ma chambre ? Est-ce que je dors mieux dans une chambre d’ami ? Ou sur le canapé ou sur le sol ou dans un sac de couchage ? Je sais. Je sais où je m’endors le mieux. Je sais. Je n’ai pas besoin de couette en plume ni un drap bien blanchi au soleil, ni un sommier, ni un matelas en latex, ni une petite bougie à la lavande avant de me coucher, ni un bain non plus ni de ma chambre.

Vieillir s’écrit au passé et nous avons tous pris de l’âge hier.
Je vieillis. Je ne suis pas vieux. J’écris ainsi une phrase ordinaire
: je date.

Les noms que je ne peux plus appeler
Les noms qui n’ont plus d’écho
Les noms que je laisse partir
Les noms que je n’arrête pas
Les noms que je manque
Les sons qui ne reviennent plus à cet endroit tels qu’ils sont
Où se rencontrent-ils ces sons

Gommer je
Plutôt que cacher je

Une compréhension
Superficielle

Tourner la page
Toucher le dos de la page

Du relief
de ce qui a été
de ce qui devrait être

Je pense à ceux qui lisent à partir de la fin

Îles de la Seine, Sous la direction de Milena Charbit, Éditions du Pavillon de l’Arsenal, Paris, 2016

Back / Home