Reading as Practice - La Ville au Loin, 2017

Ce n’est pas facile de reconnaître l’ombre de nuages si on ne se retrouve pas au-delà de nuages. Une nuée de gens remplit le boulevard amenant vers le port. Comme si chaque individu portait l’ombre, chaque ombre vivante tangue au gré des vagues qu’il crée par ses propres mouvements. Ici, une ville toujours inconnue. Le soleil blanchit les draps étendus, aussi les façades d’immeubles. C’est une ville aveuglante. Fermer les yeux et dessiner la chair du soleil. C’est ainsi que chaque ombre cache son histoire et s’entrechoque sur le boulevard vers la mer. C’est ainsi que chaque rumeur ondule.

En plein jour d’un été, le soleil noircit encore l’ombre ; sombre, c’est ainsi qu’ici et là-bas se créent, c’est ainsi que sur un pli de la ville, une pénombre, un pli gris, attendre la nuit.

 
 
http://woosungsohn.com/files/gimgs/th-48_la_ville_au_loin_01.jpg
 
 
http://woosungsohn.com/files/gimgs/th-48_la_ville_au_loin_02.jpg
 

Back / Home