Publier Tarnac - Il neige sur Tarnac


Ciné-poème, 13’46
Textes de Anna Mezey, Diane Moquet,
Samuel Poisson, Woosung Sohn,
Anne-Lise Solanilla et Stéphanie Vivier Image/Montage par Samuel Poisson

Chaque fois que nous parlons, chaque fois que nous regardons, chaque fois que nous nous souvenons, et de la même manière chaque fois que nous imaginons, nous nous servons de cet objet qui s’appelle une loupe. C’est un objet très ancien qui sert à faire le point, à agrandir, à zoomer, à grossir, à remarquer, à compartimenter, quelquefois à cibler quelque chose en occultant le reste. C’est un objet très utile mais c’est aussi un objet dangereux, car il peut mettre le feu ou rendre aveugle.

Au moment de la publication de L’Insurrection qui vient aux Etats-Unis, à l’été 2009, Glenn Beck, commentateur et animateur de la chaine Fox News, contribue à la propagation d’un feu médiatique autour de l’affaire dite de « Tarnac ». Sur l’écran, derrière le présentateur, sont diffusées des images de voitures incendiées et de pompiers luttant contre les flammes.

Filant la métaphore de l’incendie, nous nous sommes mis en route à travers une forêt imaginaire et, nous inspirant des dix jeunes gens du Décameron fuyant Florence ravagée par la peste, nous avons élu domicile dans une cabane, sur des hauteurs. De là, observant les fumées de l’incendie, nous allions à notre tour prendre le temps de raconter nos propres histoires.

Depuis notre refuge, nous avons inventé, mis en place et appliqué des stratégies pour nous protéger, pour surveiller, pour détourner ou contenir le feu, faisant écho dans nos différentes actions aux « contre-fictions vraies » d’Yves Citton, faisant silence sur Glenn Beck, pour que redevienne audible le bruit de nos pas dans la neige.

http://www.khiasma.net/magazine/publier-tarnac/

내리는 눈을 듣는 사람들이 있다.
고인 물을 듣는 사람들이 있다.
불쏘시개 없이 타는 불이 있다.
이유없이 타는 불에 이유가 있다.
이유없이 타는 불에 내리는 눈을 듣는 사람들이 있다.
고인 물 위에 떨어지는 눈송이가 있다.

눈꼽만큼 작아서 사라질 정도로 종이를 접는 일을 하는 사람들이 있다.
불쏘시개 없이 타는 불이 있다.
이유없이 타는 불에 이유가 있다.

깜빡이는 눈의 소리를 듣는 사람들이 있다.
숨죽이는 소리를 듣는 사람들이 있다.
눈꼽만큼 작아서 사라질 정도로 종이를 접는 일을 하는 사람들이 있다.

정전처럼 찾아온 밤,
깜빡이지 않고 크게 눈을 뜨고
불쏘시개 없이 이유있는 타는 불 위로 떨어지는
눈을 듣는 사람들이 있다.

Il y a ceux qui écoutent la neige tombante
Il y a ceux qui écoutent l’eau endormie
Il y a du feu qui s’enflamme tout seul
Il y a de la raison dans le feu sans raison
Il y a ceux qui écoutent la neige tomber sur le feu sans raison
Il y a des flocons de neige qui tombent sur l’eau endormie

Il y a ceux qui plient le papier jusqu’à ce qu’il devienne une sciure dans les yeux
Il y a ceux qui écoutent le clignotement des yeux
Il y a ceux qui écoutent le souffle retenu

Il y a ceux qui plient le papier jusqu’à ce qu’il disparaisse

La nuit venue comme un court-circuit,
Il y a ceux qui écoutent
La neige tombe sur
Le feu s’enflamme sans raison
Avec les yeux grands ouverts

Back / Home